On continue les témoignage et aujourd’hui c’est Laetitia de Noblabla qui a accepté de nous partager son parcours.

Noblabla c’est une marque de bijoux artisanaux, fabriqués à Paris.

Laetitia affirme et assume un style différent et totalement original à travers ses bijoux !

Je suis ravie d’avoir pu échanger avec cette créatrice pleine de bons conseils et de lucidité. Je vais essayer de retranscrire toute sa bienveillance et son expérience.

Bonne lecture🤓

Peux-tu te présenter en quelques mots ainsi que ton entreprise ?

Je suis Laëtitia, originaire de Toulouse je suis sur Paris depuis 8 ans maintenant et je suis la créatrice des Bijoux No-blabla depuis 2 ans maintenant.

Comment as-tu eu l’idée de lancer ce projet/entreprise ? Une envie depuis toujours, concours de circonstance ?

Je faisais  des noeuds papillons, des sets, des tee shirt mais depuis toujours des bijoux.

J’ai créé la marque No-blabla en 2015. Initialement No-blabla était le nom de ma boutique concept-store que j’ai ouvert en 2016 à Paris. Lorsque j’avais ma boutique je faisais en parallèle mes propres créations.  Les clientes ont adoré le style de mes bijoux et en redemandaient.

Petit à petit je ne faisais que des bijoux. J’ai ensuite fermé ma boutique et  je me suis consacré à 100% à mes collections de bijoux.  C’était une évidence.

Avais-tu des qualifications ou es-tu une autodidacte ?

Totalement autodidacte.

J’ai toujours crée des bijoux et j’ai tout appris avec le temps. Chaque technique je l’ai apprise en la pratiquant. Ou dans les livres.

J’ai une formation de podologue à la base.

Comment es-tu passée de podologue à créatrice de bijoux ?

Un peu par défaut, j’ai intégré des études de podologie. Comme je n’ai jamais redoublé, j’ai été diplômée très jeune, 21 ans. Je me suis mise à mon compte en tant que podologue. Mais ce fut un vrai cauchemar parce que je n’arrivais pas du tout à m’en sortir.

J’ai donc arrêté et cherche un boulot. J’ai donc été vendeuse. J’ai rapidement évolué et été mutée à Paris à un poste de merchandiser pour des grandes enseignes.

Depuis mes 20 ans, j’avais ce rêve de vouloir ouvrir ma boutique et j’ai réalisé ce rêve à 29 ans.

Avais-tu un budget initial ou tu investissait petit à petit ?

Un peu des 2…on m’a offert pour mes 30 ans une enveloppe pour m’acheter mon 1er matériel pour les bijoux ainsi qu’un atelier pour apprendre la soudure.

Comment as-tu commencé à vendre ? (en ligne, réseaux sociaux, amis, dans les CE, etc)

Grâce à mon ancienne boutique j’ai pu me faire un réseau qui m’a bien aidé au début.

Ensuite, ça été beaucoup à l’aide de mes amis, de plate forme comme etsy.

Puis j’ai ouvert mon propre site internet.

J’ai fais aussi pas mal de pop-up. Petit à petit on se fait sa place et on revoit les mêmes têtes parmi les clientes. puis site internet et pop up.

Quelles ont été tes premières grosses galères imprévues ? 

Au début, j’ai des pop up qu  je n’ai pas rentabilisé. C’était beaucoup de temps pour rien.

Mais parfois on gagne, parfois on perd. Il faut savoir tirer des leçons de chaque événement.

Combien de temps as-tu pris pour structurer ton business ? 

1 an je dirais.

J’ai beaucoup appris grâce à la boutique. J’ai acquis quelques bons reflexes que je n’aurai pas eu autrement.

Mais il n’y a pas de règles je pense, chacun y va à son rythme.

Si tu pouvais recommencer une étape de ton entreprise ce serait quoi et pourquoi ?

Le nom! C’était le nom de ma boutique et j’ai voulu le garder mais depuis peu j’ai décidé de le changer, début 2020 ça changera de nom!

« Noblabla » n’est plus aligné avec ce que je veux transmettre.

Spoiler alert : le nom sera Rue Gabrielle

Pourquoi ce nom ? Il a une histoire 

Mon atelier se situe à rue gabrielle, aux portes de Paris. C’est donc assez logique quelque part, puisque tout commence à rue gabrielle.

Ensuite, « Gabriel » c’est un prénom mixte, chose que j’adore. Et puis c’est doux et élégant comme nom, qui correspond beaucoup plus à l’évolution que je souhaite apporter à ma marque.

Aujourd’hui, vis-tu de ton entreprise ?
Oui et non…ça dépend des mois..

Mais ça reste « précaire »

Je compte faire maison et objet en septembre 2020 pour booster l’entreprise.

Quelles sont tes difficultés aujourd’hui ?

Le site internet et la notoriété sur les réseaux sociaux…je ne suis pas assez  visible.

Je suis aussi « frustrée » car j’aimerais beaucoup créer telle ou telle pièce mais je suis bloquée car je ne sais pas faire. J’aimerai beaucoup pouvoir suivre une formation pour beaucoup plus libérer ma créativité.

Quels seraient- tes conseils pour des créateurs qui veulent se lancer ?

J’en ai 3.

Lancez vous! Tout simplement, oser le faire et toujours se remettre en question!

Bien réfléchir car se lancer c’est tout de même beaucoup de travail et il faut bien en avoir conscience ! Je vois trop de personne idéaliser entrepreneuriat, c’est beaucoup de sacrifices personnels derrière. On ne compte pas ses heures. Il faut le savoir.

Le dernier soyez malin, soyez un/e feignant/e intelligent. Il va falloir apprendre à économiser du temps, donc ça ne sert à rien de passer trop de temps sur des détails ou d’essayer de faire trop de choses. Apprenez à différencier ce qui vaut la peine d’être travaillé et ce qui ne vous servira pas. Et quand je dis feignant ce n’est pas en faire moins mais de mieux faire. Allez au plus simple.

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

J’aimerai beaucoup participer à Maison et objet septembre 2020

J’ai un pop-up pour Noël et normalement un autre au printemps.

Mais surtout arriver à faire une formation bijoux pour me perfectionner…

Je remercie infiniment Laetitia pour ses conseils et d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Comme vous pouvez voir, il n’y a pas de parcours tracé. C’est les décisions et les envies qui guident beaucoup de marques.😊